Régis

jeudi 31.08 - cour du château

Peinant à trouver sens au jour, il fait de la nuit son terrain d’expertise. Du bout des lèvres, Régis susurre et divague des textes soutenus par une infrastructure musicale minimaliste, voire glaçante, mais qui suinte pourtant une moiteur tropicale. Il plonge sa voix dans les profondeurs abyssales d’une cold wave sur delay arborescent et d’un post-punk littéraire et racé. Inspiré par d’emblématiques personnages 80’ - passant d’une Grace Jones charnelle ou un Ian Curtis fébrile à l’immortel Alain Bashung -, mille reflets et nuits sans sommeil donnent une couleur impalpable, belle et angoissante à son art. Noir certes, mais éblouissant.